News



Au fil du temps, j’ai toujours acquis l’impression que la viticulture et le vin se travaillent lentement, que les choses ne s’improvisent pas et qu’on ne peut les changer rapidement. Nous sommes les petits pions d’un gigantesque système plus ancien que l’homme (Noé, arrivé sur le mont Ararat, plante une vigne et non pas une salade) ; presque personne ne peut laisser une empreinte aussi forte jusqu’à devenir indélébile : peut-être Columella, peut-être le frère Bertino qui cultive son Chambertin, peut-être Pasteur, peut-être Lur-Saluces, et aussi sans doute Angelo Gaja.

Auteur: Giancarlo Spezia
Pour télécharger le document complet, cliquez ici 

TÉLÉCHARGEZ LE PDF